Concours pour la construction d’un Bâtiment pour la Police Internationale et un Centre Fédéral pour Requérants d’Asile (CFA) au Grand-Saconnex (Ge)

Le rapport du jury a été rendu en janvier 2018, pour une construction prévue à l’horizon 2020.

Près d’une vingtaine de bureaux d’architecture ont participé au défi d’implanter sur un même site deux programmes extrêmement distincts, pour deux maîtres d’ouvrage, la Confédération et le Canton de Genève. L’enveloppe budgétaire était respectivement fixée à 23 mio HT et 40 mio HT.

centre requérants et police internationale genève

La démarche entreprise conjointement par la Confédération Suisse pour le centre de départ pour requérants d’asile et par le Canton de Genève pour la Police Internationale est à saluer comme un projet d’ouverture.

 

Pierre-Alain Dupraz, président du jury

Bâtiment pour l’Etat de Genève

A dominante administrative, ce bâtiment regroupe

  • La Police Internationale (PI)
  • Le centre de coopération policière et douanière (CCPD)
  • Le centre de détention administrative de Bois-Brûlé

Bâtiment pour la Confédération (CFA)

Le CFA aux fonctions d’attente et de départ est un des centres fédéraux hébergeant les requérants d’asile pendant une durée de 140 jours au maximum. Il comprend une zone d’entrée, une zone dortoir ainsi qu’une partie administrative.

 

A l’unanimité du jury, le projet lauréat est : PHILÉMON ET BAUCIS, du bureau d’architectes Berrel Berrel Kräutler AG à Zürich

 

Le jury attribue 4 prix aux projets suivants :

JET LAG, 2ème rang, 2ème prix, du bureau Comamala Ismail architectes, à Delémont

La Confédération Suisse est représentée par le Département fédéral des Finances (DFF), Offi ce Fédéral des Constructions et de la Logistique (OFCL) L’Etat de Genève est représenté par le Département des Finances (DF), Offi ce des bâtiments L’organisation technique de la procédure est assurée par MIDarchitecture sàrl, en qualité d’assistant à la maîtrise d’ouvrage (AMO).

OUVERTURE, 3ème rang, 3ème prix, du bureau architech SA, à Genève

La Confédération Suisse est représentée par le Département fédéral des Finances (DFF), Offi ce Fédéral des Constructions et de la Logistique (OFCL) L’Etat de Genève est représenté par le Département des Finances (DF), Offi ce des bâtiments L’organisation technique de la procédure est assurée par MIDarchitecture sàrl, en qualité d’assistant à la maîtrise d’ouvrage (AMO).

RUBIK, 4ème rang, 4ème prix, du bureau meier+associés architectes SA, à Genève

La Confédération Suisse est représentée par le Département fédéral des Finances (DFF), Offi ce Fédéral des Constructions et de la Logistique (OFCL) L’Etat de Genève est représenté par le Département des Finances (DF), Offi ce des bâtiments L’organisation technique de la procédure est assurée par MIDarchitecture sàrl, en qualité d’assistant à la maîtrise d’ouvrage (AMO).

LAURYN HILL, 5ème rang, 5ème prix, du bureau Lacroix Chessex SA, à Genève

 

1 er Prix PHILEMON ET BAUCIS

centre requérants et police internationale genève

Le projet Philemon et Baucis présente une réalisation qui compose avec le site et ses contraintes, à l’image du couple des héros grecs du même nom. Les volumes s’enracinent et s’intègrent dans le contexte de manière optimale, sans qu’aucun espace extérieur résiduel ne soit produit. La circulation des véhicules et des piétons est maitrisée, les flux sont clairement organisés et ne nuisent nullement à l’aménagement des espaces extérieurs de type jardin.

Le projet comporte deux entités distinctes, un bâtiment «barre» et un bâtiment «plot», reliées par un généreux parvis d’entrée qui accueille le parking visiteurs et abrite un parking souterrain. L’implantation du projet tire parti de la topographie du lieu. Les accès publics aux deux bâtiments, distribués par le parvis, sont aménagés au rez supérieur. Le hall d’entrée public traversant s’ouvre sur le tarmac grâce à une large baie vitrée.

Le rez inférieur du bâtiment de la police internationale (PI) comprend le secteur de détention qui profite d’un accès de plain-pied au sud-ouest de la parcelle. Le rez inférieur du centre fédéral pour requérants d’asile (CFA) accueille le réfectoire qui bénéficie de généreux prolongements extérieurs aménagés sous la canopée des arbres existants à l’est du site.

Avec son gabarit allongé, le bâtiment de la PI s’insère entre le parvis public au sud et l’esplanade sécurisée au nord, relié directement à l’aéroport. Sa volumétrie en « barre » s’ajuste aux différents programmes de la police, sa trame constructive de 1.30 m permet une flexibilité d’aménagement optimale, tant pour les bureaux individuels que collectifs ou paysagers.

La volumétrie compacte de type «plot» du CFA, quant à elle, se révèle judicieuse tant pour l’organisation du programme que pour le maintien d’un maximum d’espaces extérieurs en pleine terre.

Le jury souligne la rationalité et l’efficacité de l’organisation des plans du CFA. Une interrogation subsiste néanmoins quant au fonctionnement de la cuisine, notamment en matière de livraison. Malgré sa typologie simple, le bâtiment de la PI ne présente pas la clarté fonctionnelle et distributive attendue. La flexibilité induite par le plan est péjorée par l’aménagement de noyaux sanitaires en façade. Le jury recommande que cette répartition soit revue, de manière à permettre une flexibilité optimale du plan et la possibilité d’aménager des espaces de détente avec des dégagements visuels extérieurs.

Finalement, les proportions imposantes et la plasticité prononcée du niveau d’attique (superstructure), dévolu principalement aux fonctions auxiliaires et logistiques interrogent et devront être revues.

L’enveloppe se compose d’une ossature régulière d’éléments de béton préfabriqués ménageant de généreuses ouvertures. Le bâtiment du centre pour requérants répond à l’expression de celui de la police par un vocabulaire et une matérialité identiques. La trame des étages d’habitation adopte un rythme horizontal contrastant avec celui vertical du reste du complexe, en affirmant ainsi leur caractère résidentiel.

Le travail sur la topographie est judicieux, il permet une gestion efficace de la coupe. L’organisation et la localisation du centre de coopération policière et douanière sont reconnues comme particulièrement ingénieuses.

Le jury apprécie la justesse de l’implantation. Le projet démontre avec maîtrise que la présence du tarmac, loin d’être une nuisance dont il faut se protéger peut devenir un élément avec lequel il est possible de composer. Les deux bâtiments prennent le risque de s’ouvrir de part et d’autre de la parcelle : le long de la route du Bois-Brûlé et le long du tarmac.

Le projet réussit son pari. Il souligne cette double orientation dans l’expression différenciée des façades : le long du tarmac, les façades semblent appartenir au même équipement et s’unissent ; côté rue par contre, les bâtiments sont clairement distincts.

Le jury relève la grande qualité du projet, en particulier l’efficacité de son organisation et l’excellente intégration au contexte, si spécifique, entre aéroport et future zone industrielle. Le projet offre une architecture développée pour le confort des utilisateurs. Il est aisé de se projeter dans les espaces proposés, qui permettent tous une polyvalence d’usage, et dont le traitement démontre soin et grande maîtrise de la part des concepteurs.

 

Texte et images:  rapport du Jury, pour:

La Confédération Suisse, représentée par le Département fédéral des Finances (DFF),

Office Fédéral des Constructions et de la Logistique (OFCL)

L’Etat de Genève  représenté par le Département des Finances (DF), Office des bâtiments