dixit Rudy Ricciotti, l’architecte qui a dessiné le bâtiment du MuCEM en utilisant principalement le béton, son matériau fétiche.

MuCEM Marseille Rudy Riciotti

Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

Le bloc forme un carré de 52 mètres de côté. Un cube impressionnant sur le port de Marseille, relié par une passerelle au Fort St-Jean et de là au quartier originel du Panier.

La résille extérieure de béton protège du soleil les deux côtés au sud. Derrière cette façade, une rampe monte en pente douce le long de l’édifice jusqu’à la terrasse.

Les couches successives, le verre ou la résille, la rampe, puis la structure porteuse en poteaux de béton, les raidisseurs et, enfin, une voile translucide en maille noire donnent un air de mécano géant à l’édifice.

Les structures organiques, rappelant l’architecture de Gaudi, sont d’une qualité d’exécution surprenante.

On peut y voir des branches d’arbre, des tendons ou des nerfs.

Le béton fibré à ultra-haute performance (BFUP) a une résistance 6 à 8 fois supérieure à celle d’un béton classique.

 

Esthétique et féminine selon l’architecte, la réalisation ne cède pas au « minimalisme et à la déconstruction », qu’il considère comme des névroses ambiantes et sournoises.

Architecte Rudy Ricciotti

Rudy Ricciotti sur la terrasse du MuCEM

Plus de photos sur le site de l’architecte

En tous les cas à visiter pour ses expositions ou pour l’architecture esthétique du bâtiment.