Première salle dédiée uniquement à la danse à Genève.
Vue du Pavillon de la Danse Genève

C’est en 1997 déjà que l’idée d’une “Maison de la Danse” est formulée, pour enfin doter Genève d’un lieu dédié à l’art chorégraphique contemporain. L’Association pour la danse contemporaine (ADC) à l’initiative du projet a su faire preuve de ténacité, après plusieurs désillusions, pour rebondir début 2007 avec un projet plus léger, celui d’un Pavillon de la danse sur la place Sturm, en bordure de la Vieille-Ville, qui répond favorablement à l’étude de faisabilité conduite par la Ville de Genève. La place Sturm, sur laquelle l’implantation d’un nouveau musée d’ethnographie avait été refusée par les genevois en 2001, est donc retenue comme lieu provisoire pour le Pavillon, qui doit être conçu comme une infrastructure démontable, déplaçable et pouvant être remontée ailleurs.

Vue de nuit du Pavillon de la Danse Genève
Eclairage de nuit entre les cadres bois
Une longue attente

Il faudra attendre 2012 pour voir le Conseil communal de la Ville de Genève voter un crédit d’étude, aboutissant à un concours d’architecture dont le lauréat sera connu en octobre 2013. Dès lors, l’ADC, la Ville et les mandataires travaillent sur un projet concret. Mais un dernier écueil attend encore le projet malgré l’autorisation de construire délivrée en novembre 2017 par l’État de Genève.  En février 2018, quelques jours après le vote du Conseil municipal accordant le crédit de construction de 11,8 millions de francs, un référendum est lancé contre la construction du Pavillon. Il n’atteindra pas le nombre de signatures requis, laissant le champ libre au démarrage des travaux en janvier 2019.

Architecture choisie.

Le projet proposé par le bureau On Architecture de Lausanne, lauréat du concours, est structuré par des cadres en bois autoporteurs qui s’échelonnent à intervalle régulier, mais dont les profils sont variables, sorte de figure de gradation générant une torsion sur les façades longitudinales et le toit de l’édifice. Comme si le vent s’était engouffré dans ce dernier, provoquant une légère dilatation des parois.

Ingénieur civil
Concept énergétique – Chauffage, ventilation et sanitaire

Architectes
Ingénieur en électricité 
Eclairage, sécurité
Vue latérale du Pavillon de la Danse Genève
Déploiement en “folioscope”

Les architectes se sont inspirés de la chronophotographie, une technique qui décompose l’objet photographié en différentes séquences pour en étudier le déplacement. 

Pavillon pour la pratique de la danse

Le mouvement du corps est évoqué, sans tomber dans une architecture littérale, analogique ou démonstrative. L’ossature de l’édifice se déploie à la manière d’un folioscope, ce petit livre dont les images s’animent lorsqu’on en fait défiler les pages: un élément structurel est répété en subissant, séquence après séquence, une très légère variation.

Vue du bois Pavillon de la Danse Genève

Pour laisser peu de traces de sa présence s’il devait être transporté ailleurs, le Pavillon s’organise sur deux étages plus mezzanines, uniquement hors-sol. Il est destiné à abriter un espace de travail pour les danseurs et chorégraphes, un lieu de représentation, un autre destiné à sensibiliser le public à la danse contemporaine, des bureaux pour l’ADC et un centre de documentation ouvert au public.

Son implantation permet de préserver l’unité de la place et de maintenir le service de la voirie. Il entre en dialogue, côté Jura, avec l’Eglise russe et s’ouvre sur le restant de la place, renforçant le sentiment d’une place promontoire. La place Sturm bénéficie par ailleurs d’un aménagement complet devenant ainsi un bel espace public.

Une structure démontable et déplaçable.

Le Pavillon de la danse est un volume simple et élégant dont la structure est composée d’une répétition de cadres en bois aux profils variables suggérant le mouvement.

Ferblanterie – Sanitaire
Vue du Pavillon de la Danse Genève en construction
La structure en cours de montage

Cette construction légère, posée sur une base de filières bétonnées, sans volume souterrain, est conçue pour durer plus de 80 ans si elle est bien entretenue. Cette flexibilité en fait un ouvrage aisément réutilisable dans un second cycle de vie, déplacé et agrandi en un autre lieu. Sa première implantation à la place Charles-Sturm pour une durée de 7 ans, négociée avec une association de riverains, sera remise en question en 2026.

Les dimensions conséquentes du bâtiment avec ses 51 mètres de long pour 19 de large et 11 de haut, ne nuisent en rien à son esthétique, dégageant dynamisme et flexibilité dans le mouvement des façades qui brisent la monotonie et répond à l’élégance et à la grâce des danseurs qui animeront ce lieu.

Pavillon de la Danse Genève Manon Parent danseuse moderne
Plâtrerie-Peinture
Installations électriques

Côté esplanade, le hall d’entrée-foyer, est visible au travers de la façade entièrement vitrée, offrant sa transparence, avant de transformer le pavillon en écrin lumineux à la nuit tombée.

Façades métalliques
vitrées et ventilées
Vue du Pavillon de la Danse Genève

Au plafond de ce bel espace d’accueil, une installation lumino-cinétique “The wind you never felt” de l’artiste Rudy Decelière, lauréat du concours lancé par le Fonds d’Art contemporain de la Ville de Genève, impressionne par sa légèreté et la vie que les 1’687 Led suspendus à des fils de cuivre font battre au cœur du foyer. 

Vue du Pavillon de la Danse Genève Foyer et oeuvre Rudy Decelière
Rudy Decelière The wind you never felt
Fonds d’Art contemporain de la Ville de Genève (FMAC)
Vue du Pavillon de la Danse Genève
Revêtements sols – Linoléum

On pénètre ensuite dans la salle, d’une capacité de 200 personnes assises ou 400 sans les gradins démontables, dont l’acoustique a été particulièrement soignée. Au fond, la scène définit un espace de jeu de 12 mètres sur 12 et 9 mètres sous grill. 

Machinerie et serrurerie scénique
Réseaux scéniques
Vue du Pavillon de la Danse Genève scène

A l’arrière de celle-ci, les loges et l’entrée des artistes côté Boulevard des Tranchées.

Vue du Pavillon de la Danse Genève loges
Menuiserie – Agencements loges
Résolument bois. 

La construction fait la part belle au bois indigène. Les 84 cadres asymétriques en mélèze lamellé-collé ont été préfabriqués en atelier à Genève avant d’être assemblés sur place comme un grand mécano.  A l’intérieur, le bois, mélèze et épicéa domine également, pour les parois de séparation, les panneaux porteurs, comme pour l’ agencement des loges et des bureaux.

Vue du Pavillon de la Danse Genève loges

Une construction “éphémère” qui marque la place Sturm et la définira peut-être à long terme.

Vue du Pavillon de la Danse Genève façades CMA
Vue du Pavillon de la Danse Genève DYOD

newsletter dyod

Leave a Comment

This div height required for enabling the sticky sidebar
Ad Clicks : Ad Views :