Construire sa maison passive comme un jeu de Lego

La startup française Brikawood, basée en Ariège dans les Pyrénées françaises, a développé un “système constructif innovant et performant qui se monte comme un jeu de construction grandeur nature”, basé sur la conception d’un éco matériau de construction : une brique en bois écologique et économique.

Convaincu qu’il existe des modèles économiques alternatifs, Brikawood a pour objectif d’allier “innovation et prospérité économique au profit de l’environnement, de l’emploi et des générations à venir”.

Cette entreprise propose un produit “inédit et innovant pour un habitat respectueux de l’homme et de la planète” et a pour ambition de “mettre à la portée du plus grand nombre des habitats passifs écologiques et modulables à moindre coût” et de “défendre une nouvelle forme d’économie à fort potentiel social et écologique”.

Fruit de “10 ans de recherche et développement”, son principe révolutionne la construction de maisons en bois puisque ces briques se montent “sans clou, ni vis, ni colle” via un assemblage simple et rapide qui s’adapte à tous types de clientèles : autoconstruction, bailleurs sociaux, collectivités, maîtres d’ouvrage, architectes, promoteurs, particuliers, investisseurs… ; et de projets : construction de maisons, de locaux industriels, d’habitats collectifs, d’extensions, de surélévations, de murs de séparation…

“Durables, évolutives et performantes sur les plans thermique et acoustique, nos réalisations garantissent un confort de vie optimal avec de réelles économies d’énergie”, met ainsi en avant cette société, qui revendique des tests de faisabilité concluants réalisés au Canada, en Autriche et en Finlande.

Cette technologie permet de construire une maison solide et sur mesure en moins de deux semaines, respectueuse aussi bien de l’environnement que de la réglementation thermique. Le principe de ces briques permet de fabriquer des murs à ossature bois conçus de manière à limiter la manipulation lors de l’assemblage et la consommation d’énergie une fois la maison habitée.

Le procédé Brikawood est “un système logique de construction de murs porteurs, basé sur l’assemblage de briques en bois empilées en quinconce par emboîtement, les unes sur les autres, sans fixation”, et “maintenues entre elles par les écarteurs qui donnent au mur une cohérence mécanique et une stabilité dimensionnelle. Le système, auto serrant, confère au mur sa rigidité structurelle par l’effet de masse.”

En effet, ces maisons en bois se révèlent particulièrement performantes en terme d’isolation. Le remplissage de toutes les parties creuses est réalisé “avec un isolant thermique hautement performant : les copeaux de bois issus de l’usinage de la brique ou la ouate de cellulose (recyclage du papier)”, et offre une étanchéité à l’air très efficace. À tel point que les murs de ces maisons répondent ainsi au standard passif, garantissant une température intérieure constante située “entre 19 et 21 degrés” : “La continuité de l’enveloppe de la maison permet à l’isolant thermique d’être présent sans rupture tout autour, supprimant les ponts thermiques et offrant un confort inégalé.”

 

brique en bois assemblage

“Nos maisons sont des constructions BPOS qui correspondent à une construction passive, avec une consommation de chauffage inférieure à 12 kWhep/m²/an”, peut-on ainsi lire sur le site de l’entreprise, brikawood-ecologie.fr. “De basse consommation énergétique, sa conception bioclimatique crée une enveloppe performante en hiver comme en été.”

En effet, au-delà de la performance énergétique apportée par l’utilisation de ces briques, ces maisons sans pont thermique sont également équipées de fenêtres à double ou triple vitrage et d’une ventilation avec récupération de chaleur, lui permettant de se passer de système de chauffage conventionnel. Autre atout : l’espace entre les briques permet le passage des gaines électriques, engendrant ainsi un “gain de temps significatif” lors de la construction.

Enfin, Brikawood met en avant un argument financier conséquent, puisque la société revendique un coût de construction “20 % moins cher qu’une autre maison passive”. Sans oublier l’impact sur la facture énergétique à terme, puisque ce procédé de construction permettrait “de faire chuter, voire de supprimer, les factures de chauffage”.